...Ninon qui est une lectrice de ce blog expatriée en Espagne et, également, l'auteur d'un blog a quatre mains qui parle d'art, de culture, de mode...

 

Merci beaucoup, Ninon !

Las_t_r_s_1_

Las Teresitas (a Ténérife)

 

 

 

1) Depuis quand es-tu expatriée en Espagne ?

 

 

 

Depuis un an et demi. Mais j'y avais déjà vécu auparavant. Je suis expatriée depuis plus de dix ans donc je n'ai pas abordé ce changement avec beaucoup de stress - surtout que j'ai adoré l'Espagne la première fois.

 

 

2) Pourquoi t'es-tu expatriée ?

 

Pour suivre mon mari.

 

 

 

3) Quelle a été l'attitude de tes proches quand tu leur as annoncé ton expatriation ?

 

 

 

Surpris ; un peu inquiets mais plutôt positifs.

 

 

 

4) Quels étaient tes doutes et tes peurs avant de quitter la France ?

 

 

 

Je n'en avais pas, sauf la langue : je craignais de ne pas m'en sortir en anglais (j'ai d'abord été dans un pays anglophone).

 

 

 

5) Ces doutes et ces peurs se sont-ils avérés exacts ?

 

 

 

Non. On peut se faire comprendre avec peu de mots et, après, on progresse.

ligne

ligne

La_laguna

ligne

La Laguna (a Ténérife)

ligne

ligne

 

6) D'un point de vue pratique et au niveau des formalités, ton installation en Espagne a-t-elle été facile ?

 

 

 

Oui [Ninon conseille ce blog pour tout savoir sur l'expatriation en Espagne].

 

7) Et d'un point de vue affectif et émotionnel ?

 

D'un côté, il n'y a aucun problème : j'ai l'habitude. De l'autre, j'ai eu par le passé des moments de vide : à force d'être n'importe où, on n'est plus nulle part. Donc, j'ai "investi" dans un blog : il me fournit un "point central", un objectif fixe, en attendant de véritablement me poser dans le pays (quand on change souvent, on se dit que ça ne vaut pas le coup de se poser puisque l'on va vite repartir ; mais le blog, je peux le garder, où que j'aille).

ligne

ligne

 

 

 

8) Y a-t-il quelque chose que tu ferais différemment concernant ton installation/expatriation en Espagne ?

 

 

 

Je gèrerais différemment les dates : je n'étais pas exactement au courant des dates limites d'inscriptions scolaires et j'ai eu quelques soucis à ce propos.

ligne

 

 

9) Y a-t-il une personne qui t'a particulièrement aidée dans ton installation/expatriation (que ce soit a travers un bon conseil, une aide financière, une simple présence amicale...) ? 

 

 

 

Les personnes qui te donnent des informations précises sur les lieux à visiter, les restaus sympa, tout ça… C'est bien.

J'ai passé neuf mois dans un endroit - qui ont été formidables car j'ai rencontré une dame qui m'a informée de tout ce qui se passait, comment ça se passait, où aller… (précisément : il y avait un carnaval - pour ne pas le dire - mais pas d'infos sur les lieux des défilés et les heures ; c'est la dame qui m'a tout dit et, du coup, je n'ai rien raté ; c'était sympa ; je n'ai pas eu à attendre de "connaître" le pays).

ligne

 

 

 

10) As-tu un travail en Espagne ?

 

 

 

Si oui : lequel et, surtout, a-t-il un rapport avec ce que tu faisais (ou étudiais) en France ?

 

 

 

Si non : es-tu actuellement en recherche d'un travail et, surtout, as-tu l'impression que c'est plus facile ou plus difficile que dans ton pays (barrière de la langue, démarches et mode de fonctionnement différents...) ?

 

 

 

Je n'ai pas de travail - et pas encore cherché à en trouver.

ligne

ligne

retiro_compr

ligne

Le parc du Retiro (a Madrid)

ligne

 

 

 

 

 

11) La France te manque-t-elle ?

 

 

 

Non. Paris me manque un peu mais, quand je reviens l'été, je marche à pied des heures dans Paris ; j'ai des ampoules et ça me va.

ligne

 

 

 

12) Quand penses-tu revenir en France définitivement ?

 

 

 

Je ne sais pas. Il faudrait que ce soit quand vraiment il y a une bonne, bonne raison ; pas juste comme ça, pour rentrer.

 

 

 

 

13) As-tu hâte de revenir en France definitivement ?

 

Non.

 

 

 

 

14) Comment gardes-tu le contact avec ta famille et tes amis ?

 

 

 

Par mail et Skype.

ligne

ligne

15) Reviens-tu souvent en France pour les vacances ?

 

 

 

Une fois par an.

ligne

 

 

 

16) Si tu es ici depuis pas mal de temps, as-tu l'impression, parfois, de te "détacher" ou de "t'éloigner" un peu de la France (de sa culture, de ses traditions, de son mode de fonctionnement...) ?

 

Oui. Je me détache de la France du quotidien. Complètement. En même temps, je me sens plus française que jamais. Je suis même contente d'être française.

 

 

 

 

17) Comment vois-tu/juges-tu la France et les Français maintenant que tu vis en Espagne ?

 

 

 

Les Français sont trop gâtés et difficiles. Ils ne se rendent pas compte de leur chance. On se dénigre trop en France : c'est un beau pays ; les avantages y sont nombreux.

 

 

 

 

18) D'après toi, comment ta famille et tes amis s'imaginent-ils ta vie d'expatriée (solitude, super opportunité, folie, angoisse...) ?

 

 

 

Quand j'habitais dans un pays arabe, je crois qu'ils avaient un peu peur ; en même temps, je pense qu'ils voyaient ça comme un paradis - ou un luxe (le climat, une femme de ménage…) alors que ça n'est pas comme ça que je définirais les choses ; en même temps, je pense qu'ils pensent à tout ce que l'on n'a pas quand on n'est plus en France et qu'ils trouvent ça insupportable. A Madrid, ça leur semble plus familier (et je n'ai plus de femme de ménage).

ligne

 

 

 

19) Ta vision de l'Espagne a-t-elle changé - en bien ou en mal - depuis ton expatriation?

 

 

 

Lors de ma première expatriation, oui : je n'avais aucune idée sur l'Espagne et j'ai découvert un pays extraordinaire.

 

 

 

20) Trouves-tu ta vie actuelle en Espagne plus agréable ou moins agréable que ton ancienne vie en France ?

 

Plus agréable. A cause du temps, des gens plus cool, du changement, du dépaysement. Et des bars à tapas. Et de la charcuterie.

 

 

 

21) Depuis ton expatriation, te sens-tu plutôt française, européenne ou espagnole ?

Je ne me sens plus. J'ai du mal à me situer.

 

 

 

 

22) En Espagne, as-tu plus de connaissances/amis espagnols ou français ?

 

 

 

Français.

 

 

 

23) Cela te convient-il ?

 

 

 

Oui.

 

 

 

 

24) Si je te dis que tu dois definitivement repartir en France dans deux mois, quelle est ta première réaction (joie, tristesse, panique, soulagement...) ?

 

 

 

Plutôt la panique. La vie est chère, en France, il fait gris... Si on va en province, on aura plus de mal à s'intégrer : les Français seront entre eux et les étrangers aussi. Si on va sur Paris : le temps, les trajets, la pollution...

 

 

 

 

25) L'expérience de l'expatriation a-t-elle changé ta façon de voir le monde - et la vie en général ?

 

 

 

Complètement. C'est comme si on cessait d'avoir un point de vue mais que l'on en gagnait automatiquement trois ou quatre (dans chaque pays étranger, on rencontre des Français qui viennent d'ailleurs, des locaux et d'autres étrangers ; ça fait toutes sortes de points de vue ; c'est parfois très surprenant).

 

 

 

 

26) Que dirais-tu a ceux a qui l'on vient de proposer l'expatriation en Espagne mais qui ont peur et se posent mille et une questions ?

 

 

 

Peur de quoi ? Je ne leur dirais rien, en fait. Ça m'énerverait. S'ils ont peur mais sont en train de changer tout de même, je les encouragerais et leur dirais que ça va être génial. S'ils ont peur et envisagent vraiment tout, comptent, calculent, s'inquiètent… je leur dirais de rester chez eux : on perd forcément un peu de soi, pour gagner autre chose, dans une expatriation.

 

 

 

Si on n'a pas vraiment envie d'y aller, autant ne pas bouger. Il n'y a rien de plus agaçant que les expats (français ou autres) qui dévident la litanie de tous leurs soucis : "La Sécu, c'est pas pareil", "Les médecins sont bizarres", "On trouve pas de Bourgogne Aligoté", "Pas moyen de trouver du veau" (le veau est une viande super rare hors de France). Alors, si on a trop d'appréhension, autant ne pas bouger. Si on part à l'autre bout du monde pour trouver des Monop et du cassoulet, c'est idiot. Pourtant, le cassoulet me manque.

 

 

 

 

27) T'imagines-tu un jour t'expatrier dans un autre pays ? Lequel ?

 

 

 

Je vais plutôt te dire où j'envisage de ne jamais aller : les îles du Pacifique me font peur car elles sont dans une zone de tremblements de terre et de raz-de-marée. J'y inclus le Japon mais je ferais peut-être un effort car le Japon du nord me tente beaucoup... Mais vu le boulot de mon mari, on irait plutôt dans la mégalopole et ça ne me dit rien. Cela dit, je n'ai pas non plus prévu de continuer à voyager très loin : on verra comment les choses vont évoluer.

 

 

 

Merci à toi, Stéphanie !!!

ligne

ligne

Banc_santa_cruz_plaza_del_pato

ligne

Un "banc publicitaire" a Santa Cruz de Ténérife