...Hervé - que j'ai rencontré pour la première fois lors d'une certaine randonnée entre expatriés.

 

moi

 

Hervé a Philadelphie (a droite, le Moshulu)

 

Photo Hervé

 

 

 

 

 

Merci BEAUCOUP, Hervé !

 

 

 

 

 

1) Depuis quand es-tu expatrié aux Etats-Unis ?

 

 

 

Depuis septembre 2005. Enfin... Pas complètement car j'ai d'abord effectué deux séjours de 90 jours (limite de temps d'une simple visite touristique) avec deux semaines en France au milieu.

 

 

 

C'est ensuite en septembre 2005 que je suis revenu avec un visa F-1 ("Etudiant").

 

 

 

 

 

 

 

2) Pourquoi t'es-tu expatrié ?

 

 

 

Suite à son doctorat, ma moitié a décidé d'élargir son cercle de recherche d'emploi. Trois opportunités se sont présentées aux Etats-Unis.

 

 

 

Après mures réflexions et une vie commune depuis 16 ans, il était hors de question de se séparer pour une durée d'au moins deux ans sur un autre continent. J'ai donc quitté un emploi qui ne me tenait vraiment pas à cœur pour tenter l'expérience américaine.

 

benjamin_parkway

 

La nuit tombe sur le "Parkway"...

 

Photo Hervé

 

 

 

 

 

 

 

3) Quelle a été l'attitude de tes proches quand tu leur as annoncé ton expatriation ?

 

 

 

Ils étaient déjà plus ou moins préparés car j'en parlais de temps en temps. Évidemment, le jour de l'annonce, ça a fait tout drôle à maman...  

 

Les réactions ont été assez partagées entre les félicitations et les craintes. Pas vraiment d'attitudes négatives.

 

 

 

 

 

 

 

4) Quels étaient tes doutes et tes peurs avant de quitter la France ?

 

 

 

Houla !!!!! Il y en avait pas mal étant donné que je ne savais pas quoi faire en arrivant a Philadelphie : je n'avais pas vraiment de plans pour rester. Je pensais peut-être trouver du travail avec mon savoir-faire français mais l'immigration du travail est très stricte, ici. C'est ensuite que j'ai entamé des démarches pour entreprendre des études.  

 

J'avais aussi peur que mes proches et ma ville me manquent puisque je suis né à Nice et y ai vécu toute ma vie et me suis demandé si c'était une bonne chose.

 

 

 

 

 

 

 

5) Ces doutes et ces peurs se sont-ils avérés exacts ?

 

 

 

Après beaucoup de stress pour les préparatifs, j'ai découvert une ville qui m'a accueilli avec une semaine de pluie. Je me suis dit : "Mince alors… J'ai quitté Nice pour ça !" Heureusement, cela a très vite changé.

 

 

 

 

 

 

 

6) D'un point de vue pratique et au niveau des formalités, ton installation aux Etats-Unis a-t-elle été facile ?

 

 

 

Pas trop compliquée puisque mon conjoint était déjà sur place et s'est quasiment occupé de tout. Il allait dans ma future école pour prendre des infos et nous communiquions par internet et téléphone pour les échanger.

 

 

 

 

 

 

 

7) Et d'un point de vue affectif et émotionnel ?

 

 

 

Mon pays, ma ville, ma famille et mes amis me manquent beaucoup (ça dépend des jours, évidemment). L'éloignement ne permet pas de participer a des événements importants. Par exemple : je vais être tonton pour la 3ème fois dans exactement huit jours [c'est fait !] et je ne pourrai même pas voir mon nouveau neveu en chair et en os. C'est frustrant.

 

 

 

 

 

 

 

8) Y a-t-il quelque chose que tu ferais différemment concernant ton installation/expatriation aux Etats-Unis ?

 

 

 

Non.

 

boat_house

 

Les "boathouses" au moment de Noel

 

Photo Hervé

 

 

 

 

 

 

 

9) Y a-t-il une personne qui t'a particulièrement aidé dans ton installation/expatriation (que ce soit a travers un bon conseil, une aide financière, une simple présence amicale...) ?

 

 

 

Oui. Yannick, mon conjoint (voir question 6).

 

 

 

 

 

 

 

10) As-tu un travail aux Etats-Unis ?

 

 

 

Si oui : lequel et, surtout, a-t-il un rapport avec ce que tu faisais (ou étudiais) en France ?

 

 

 

Si non : es-tu actuellement en recherche d'un travail et, surtout, as-tu l'impression que c'est plus facile ou plus difficile que dans ton pays (barrière de la langue, démarches et mode de fonctionnement différents...) ?

 

 

 

Non, pas de travail. Je commence à peine des études d'architecte et c'est assez compliqué de trouver un travail en "internship" [en tant que stagiaire] avec seulement un an de formation.

 

 

 

Par contre, à partir d'un an d'études, les détenteurs d'un visa "Etudiant" sont autorisés à travailler. Mais attention : seulement un emploi en relation avec les études suivies et pour une durée d'un an à raison de 20h maxi par semaine ; ou bien un emploi sur le campus (toujours 20h maxi). Donc, je vais tenter la chose.

 

 

 

Je ne suis pas encore en recherche active. Visiblement, ce n'est pas difficile au niveau administratif pour travailler sur le campus lorsque l'on est un étudiant international. Une fois la promesse d'embauche obtenue, il suffit d'aller au centre de "Social Security" pour obtenir un numéro [de Sécurité Sociale] pour ensuite pouvoir travailler sur le campus (même avant la durée d'un an d'études).

 

 

 

Malheureusement, mon campus est tout petit et les postes de tuteurs de français étaient déjà pris (peut-être a la rentrée de septembre…). Pour travailler en dehors, il paraît que c'est un peu plus difficile.  

 

danseur

 

Danseurs de "hip hop" dans Rittenhouse Square

   

 

Photo Hervé

 

 

 

 

 

 

 

11) La France te manque-t-elle ?

 

 

 

Oui.

 

 

 

 

 

 

12) Quand penses-tu revenir en France définitivement ?

 

 

 

Je ne suis pas vraiment certain. Nous pensons quitter les Etats-Unis l'été prochain.

 

 

 

 

 

 

 

 

13) As-tu hâte de revenir en France définitivement ?

 

 

 

Oui. C'est quand même le pays où je suis à l'aise.

 

devanture_musee

 

Le "Art Museum" de Philadelphie

 

Photo Hervé

 

 

 

 

 

 

 

14) Comment gardes-tu le contact avec ta famille et tes amis ?

 

 

 

Internet, "Messenger" et téléphone. J'ai d’ailleurs trouvé un site internet ["webcalldirect.com"] qui propose des tarifs très intéressants pour téléphoner en France : seulement cinq centimes la connexion et ensuite gratuit sur les fixes ; et neuf centimes par minute pour les portables.

 

 

 

 

 

 

 

15) Reviens-tu souvent en France pour les vacances ?

 

 

 

Chaque été. Mais, cette fois-ci, ça ne va sûrement pas être possible (prix terribles des billets en saison estivale et école à payer… Snif).

 

FDR_park

 

Le FDR Park et son lac

 

Photo Hervé

 

 

 

 

 

 

 

16) Si tu es ici depuis pas mal de temps, as-tu l'impression, parfois, de te "détacher" ou de "t'éloigner" un peu de la France (de sa culture, de ses traditions, de son mode de fonctionnement...) ?

 

 

 

Deux ans et demi, c'est à la fois court et long.

 

 

 

Avec internet, il est possible de se tenir au courant mais par exemple, l'été dernier, j'avais un peu l'impression de passer pour un extra-terrestre lorsque je ne connaissais pas les nouveautés en matière musicale et télévisuelle.

 

 

 

De plus, lors de mon départ, j'ai laissé ma ville dans un chantier géant pour cause de création de rails de tramway : du coup, l'année dernière, des routes ont été modifiées, une nouvelle place a été "liftée" [rénovée] et je me suis senti légèrement perdu. Maintenant, le tramway est en fonction et d'autres choses ont changées. Je sens déjà que ça va me faire drôle d'y retourner.

 

 

 

 

 

 

 

17) Comment vois-tu/juges-tu la France et les Français maintenant que tu vis aux Etats-Unis ?

 

 

 

Je pense que les Français se plaignent beaucoup : ils ne se rendent pas compte de la chance qu'ils ont d'avoir de si bons avantages sociaux.

 

 

 

 

 

 

 

18) D'après toi, comment ta famille et tes amis s'imaginent-ils ta vie d'expatrié (rêve américain, solitude, super opportunité, folie, angoisse...) ?

 

 

 

Je pense qu'ils voient cela comme une bonne opportunité linguistique et une expérience positive pour une future vie professionnelle. Mis à part ça, la vision des personnes extérieures de la vie aux US se limite souvent à ce que l'on peut voir au cinéma.

 

ma_maison_

 

 

 

ma_maison

 

La maison d'Hervé, typique des quartiers du sud de la ville

 

Photos Hervé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19) Ta vision des Etats-Unis a-t-elle changé - en bien ou en mal - depuis ton expatriation ?

 

 

 

Pas vraiment. J'avais des opinions très peu fondées avant de venir. Il faut vivre ici pour ensuite se forger son propre point de vue.

 

 

 

 

 

 

 

20) Trouves-tu ta vie actuelle aux Etats-Unis plus agréable ou moins agréable que ton ancienne vie en France ?

 

 

 

Moins agréable. Trop chaud l'été, trop froid l'hiver ; et il n'y a pas ma culture et la douceur de vivre de mon pays.

 

 

 

 

 

 

 

 

21) Depuis ton expatriation, te sens-tu plutôt français, européen ou américain ?

 

 

 

Français, plus que jamais.

 

 

 

 

 

 

 

 

22) Aux Etats-Unis, as-tu plus de connaissances/amis américains ou français ?

 

 

 

C'est assez varié. Même des personnes d'autres pays.

 

 

 

 

 

 

 

23) Cela te convient-il ?

 

 

 

Oui.

 

 

 

 

 

 

 

24) Si je te dis que tu dois définitivement repartir en France dans deux mois, quelle est ta première réaction (joie, tristesse, panique, soulagement...) ?

 

 

 

Panique !!!!! Je me demanderais d'abord pourquoi. Puis je souhaite terminer ce que j'ai commencé ici et voir d'autres horizons nord-américains.

 

 

 

 

 

 

 

25) L'expérience de l'expatriation a-t-elle changé ta façon de voir le monde - et la vie en général ?

 

 

 

Cela me paraissait un peu insurmontable mais, maintenant, je me dis qu'il n'est pas si difficile de s'enraciner sur un autre continent.

 

 

 

 

 

 

 

26) Que dirais-tu a ceux a qui l'on vient de proposer l'expatriation aux Etats-Unis mais qui ont peur et se posent mille et une questions ?

 

 

 

Pas la peine d'angoisser. Tu vas voir : ce n'est pas si compliqué que ça en a l'air.

 

 

 

 

 

 

 

27) T'imagines-tu un jour t'expatrier dans un autre pays ? Lequel ?

 

 

 

Oui. Au Canada ou quelque part en Europe. Mais le plus proche de la France sera le mieux. 

 

philly_by_night_

 

Philadelphie vue depuis le "Art Museum"

 

Photo Hervé